AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

It’s always about timing | ft Kira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Saitou Hiroki» Admin ♥
avatar
That's my job : Idole


What about love ? :
More about me :

ϟ Le métier d'idole ne lui convient plus depuis quelques années. Il est forcé de continuer car son manager le fait chanter ϟ Il prend des vitamines en comprimés, ainsi que des antidépresseurs - ce que personne ne sait, pas même son manager ϟ On lui a tellement inculqué que l'image était importante qu'il en prend grand soin ϟ Son manager l'a giflé une fois. Depuis il n'ose plus le contrarier et obéit à la moindre de ses demandes ϟ Il est attiré par les hommes, mais refuse de l'admettre. De plus, il est effrayé à l'idée que cela se sache ϟ Il lit beaucoup de mangas ou de romans policiers ϟ Il a développé une anxiété sociale à cause de la pression médiatique, et des fans ϟ Il a abandonné l'idée de pouvoir se sortir de ce cauchemar un jour ϟ Il est allergique au pollen
ϟ Il a peur des insectes ϟ Il est assez tactile avec les personnes en qui il a confiance ϟ Il est gaucher



Jeu 15 Mar - 19:24
Voir le profil de l'utilisateur

It’s always about timing
Hiroki & Kira
Hiroki n'avait plus de temps à lui dernièrement. Les seules heures où il était tranquille, il les passait à dormir, ou à essayer du moins. Lorsqu'il rentrait, il filait sous la douche si ce n'était pas encore fait, et allait se préparer quelque chose à manger. Quelque chose de rapide de préférence. Il mangeait, installé à la table de sa cuisine, dans le silence le plus total. Ca faisait le plus grand bien sachant qu'il avait généralement passé la journée dans le bruit. S'il en avait la volonté, il allait s'asseoir sur son canapé, son ordinateur sur les genoux, histoire d'aller répondre à quelques commentaires sur ses réseaux sociaux. Malheureusement la plupart du temps, il ne tenait pas dix minutes qu'il songeait déjà à dormir. Ce qu'il faisait. Directement sur le canapé ou dans son lit quand son corps daignait bien vouloir se lever. Il gardait une couverture au salon dans les cas où il n'aurait pas l'envie de bouger. Mais de quoi se plaignait-il après tout ? Il avait presque choisi cette vie. Avoir un planning chargé faisait parti de ce métier. Et puis, il devrait en être satisfait, cela voulait dire que tout fonctionnait toujours aussi bien pour lui. Cela voulait dire que le public ne se lassait pas et que les programmes tenaient toujours autant à avoir Saitou Hiroki sur leurs plateaux. Cela signifiait que sa popularité n'était pas descendue et c'était bon signe. La concurrence était plutôt rude, d'après son manager. De nouveaux talents émergeaient d'un peu partout tous les jours et certaines célébrités s'étaient déjà laissées rattraper par leur fraîcheur. Il était encore jeune, mais déjà vieux d'un certain point de vue. On pouvait le délaisser pour un jeune chanteur, quelqu'un qui venait d'entrer dans le métier et qui débutait. On pouvait le mettre de côté pour cette nouvelle comédienne de génie qui apparaissait de plus en plus sur la couverture de magazines. On ne semblait cependant pas encore prêt à abandonner le nom des Saitou – et l'agence non plus. Elle mettait tout en œuvre pour que Hiroki soit toujours mis en avant. Dans les magazines ou dans les émissions. Elle mettait tout en place pour qu'on lui accorde une place d'honneur, quitte à lui ajouter du travail. Quitte à lui ajouter des répétitions non prévues, des tournages de dernière minute ou des apparitions dans des films dont il ignorait la totale existence. Mais c'était rien, pas vrai ? C'était son métier. Il devait faire avec. Il faisait avec. Il essayait. Il se forçait. En soit, rien ne changeait réellement de d'habitude, si ce n'était que la fatigue s'accumulait un peu plus ces derniers temps. Mais rien de grave. Rien qu'il ne pouvait supporter. S'il commettait une petite faute, s'il se trompait de pas, de paroles, de mots à prononcer, s'il manquait de tomber, s'il renversait une bouteille, un verre, s'il faisait tomber des feuilles, il sauvait les apparences avec son sourire et ses excuses. On mettait ça sur sa maladresse légendaire et on ne supposait même pas qu'il pouvait s'agir de l'épuisement. L'idée ne traversait l'esprit de personne. Parce que Hiroki ne semblait pas fatiguer, et l'excuse de la maladresse était tellement plausible qu'on ne se posait pas plus de questions.

L'idole aimerait cependant avoir un peu plus de temps libre. Juste un peu. Pas grand chose. Quelques heures. Histoire de passer un peu de temps ailleurs. De pouvoir respirer, se reposer. De pouvoir voir autre chose que le même décor ou les mêmes personnes. Il passait tellement de temps avec son manager qu'il avait l'impression de ne plus le quitter. Il passait tellement de temps avec lui que même lorsqu'il était allongé sur son canapé, il entendait sa voix le sermonner. Il l'écoutait lui dire qu'ils avaient encore du travail ailleurs. Que ce n'était pas prévu mais qu'il n'avait pas le choix, il fallait le faire.
Et à chaque fois, Hiroki devait annuler ou reporter des rencontres avec ses ami(e)s. Ca ne loupait jamais, à croire que c'était fait exprès. A croire que son manager savait quand il était supposé retrouver quelqu'un. De ce fait, il fut contraint d'annuler plusieurs moments avec Kira. Ca le chagrinait, réellement, parce qu'il voulait passer du temps avec elle. Cela faisait un moment qu'il ne s'était plus posé près de la jeune femme et il en avait grandement besoin. Sauf que, malheureusement, le devoir l'appelait. Des répétitions qui duraient plus longtemps, un tournage qui s'ajoutait ou une séance photos, une interview qui s'éternisait... Il y avait toujours quelque chose qui l'empêchait de voir son amie. C'était lassant. C'était frustrant. Mais il n'avait pas le choix.
Ce fut encore le cas aujourd'hui. Des répétitions non prévues furent rajoutées au programme. Il prévint son amie, annulant une fois encore leur rencontre prévue. Plus il le faisait, plus il s'en voulait au point qu'il songeait ne plus proposer de rencontres jusqu'à ce que son planning soit plus léger. Il ne voulait pas la décevoir à chaque fois en annulant à la dernière minute.

Au beau milieu de l'entraînement, son manager quitta la pièce, son regard rivé sur son téléphone. Hiroki paniqua à l'idée qu'on puisse encore lui ajouter du travail. N'était-il pas déjà assez tard ? Il continua à s'entraîner, lançant parfois des regards soucieux vers la porte. Si son manager prenait autant de temps, cela voulait dire que quelque chose venait s'ajouter au programme. Il en était sûr, il n'allait pas rentrer avant tard dans la nuit.
Quand la porte s'ouvrit, ce ne fut pas son manager qui entra, mais une assistante qui lui demanda de récupérer ses affaires et de l'accompagner. Ce qu'il fit sans riposter. Il la suivit dans les nombreux couloirs jusqu'à venir à l'accueil où il aperçut le dos de son manager, accompagné d'une silhouette qu'il connaissait plus que bien. « Kira ? », demanda-t-il lentement, le visage faiblement penché sur le côté, tentant un regard incertain vers son manager. Pourquoi était-elle là ? Il n'eut pas vraiment le temps de dire ou faire autre chose que son manager prit la parole. « C'est la première et la dernière fois que j'accepte une telle requête », Hiroki lui lança un regard perdu. Une requête ? Quelle requête ? Il se passait quoi, au juste ? « A votre place, j'aurais honte de votre comportement », qu'il ajouta dans une voix grave, la même qu'il employait quand il énumérait ses erreurs à l'idole. Idole qui jetait des regards à gauche et à droite, ne sachant pas vraiment quoi faire ou quoi dire puisqu'il ne savait même pas pourquoi il était là pour commencer. Ni pourquoi Kira était là aussi. « Je plains vos supérieurs », souffla-t-il, clairement exaspéré. « L'entraînement est fini », expliqua-t-il en se tournant vers Hiroki, « On le reprendra plus tard. Je vais prévenir le chorégraphe et les danseurs », il lança un regard mauvais à Kira puis reporta à nouveau son attention sur l'idole, « Sois prêt pour l'émission », et c'était plus un ordre qu'une demande polie. Il hocha la tête, comme à son habitude, les paupières clignant doucement. Il venait de se passer quoi, au juste ?
code by bat'phanie

_________________
One of the greatest tragedies in life is to lose your own sense of self and accept the version of you that is expected by everyone else.
It’s always about timing | ft Kira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The wrong side of heaven  :: Tokyo City :: Shibuya-