AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Takenaka Yano • Stay strong forever

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Takenaka Yano» Admin ♥
avatar
That's my job :

Il est professeur d'histoire géographie. Il enseigne principalement au collège/lycée mais ça lui arrive de faire des interventions en faculté ou de donner quelques cours particuliers.


What about love ? :

Il est célibataire mais il est papa d'un petit garçon de 6 ans.
Il ne recherche pas particulièrement l'amour, préférant se consacrer à l'éducation et au bonheur de son fils.


More about me :
Il a passé son enfance et son adolescence à jongler entre familles d'accueil et orphelinat • De ce fait, il n’a jamais eu de « vrais » parents et a quitté le foyer à sa majorité. Cependant, même avant son départ, il travaillait déjà à côté afin d’économiser de l’argent. • Avant, lorsque quelque chose le traumatisait assez fortement, il se pouvait qu’il s’arrête de parler pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Cela lui est déjà arrivé quand il était plus jeune où après avoir réalisé l’abandon de ses parents, il n’a plus prononcé le moindre mot pendant plusieurs mois. Il se réfugiait également dans les endroits clos et petits, ça le rassurait.



Pourtant, Yano est une personne sociable, souriante et qui ne se gêne pas de faire l’idiot quand il en a l’occasion. Il se soucie de son entourage et aime se sentir utile. L’une des raisons pour laquelle, aujourd’hui encore il soutient l’orphelinat qui s’est occupé de lui pendant de nombreuses années et leur envoie de l’argent tous les mois. S’il a un peu de temps, il n’hésite pas non plus à leur donner un coup de main puis passer quelques heures avec les enfants.



Il a un fils de 6 ans qui malheureusement semble avoir hérité d'un trait fort de son caractère puisque sans qu'il n'en connaisse la véritable cause, celui-ci s’est arrêté de parler à l’âge de 4 ans et depuis lors, Yano n’a plus jamais entendu le son de sa voix • De ce fait, il maîtrise parfaitement le langage des signes japonais afin de comprendre plus aisément son fils qui est en train de l'apprendre • Le seul jeu qu'il refuse de jouer avec son fils est le "cache-cache" • Il ne croit pas en la justice, il ne croit pas en l'homme tout court et il a du mal à faire confiance. Encore plus maintenant que le Japon est devenu ce qu'il est à l'heure actuelle.


Mar 6 Mar - 21:59
Voir le profil de l'utilisateur
Takenaka Yano
NOM : Takenaka, c'est le nom de sa famille biologique. Il n'a pas eu d'autres choix que de le porter. PRÉNOM: Yano ÂGE : 29 ans LIEU DE NAISSANCE : Dans un petit village à quelques heures de Tokyo, mais il n'y a pas vécu longtemps NATIONALITE: Il est japonais SITUATION AMOUREUSE: Il est célibataire, depuis un moment d'ailleurs, mais il est un fier papa d'un petit garçon de 6 ans à qui il consacre la plus grande partie de son temps libre ORIENTATION SEXUELLE : Jusqu'à présent, il n'a toujours aimé que les femmes METIER/ETUDES : Professeur d'histoire géographie GROUPE : Fallen angels AVATAR : Kamenashi Kazuya
Il a passé son enfance et son adolescence à jongler entre familles d'accueil et orphelinat •  De ce fait, il n’a jamais eu de « vrais » parents et a quitté le foyer à sa majorité. Cependant, même avant son départ, il travaillait déjà à côté afin d’économiser de l’argent. • Avant, lorsque quelque chose le traumatisait assez fortement, il se pouvait qu’il s’arrête de parler pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Cela lui est déjà arrivé quand il était plus jeune où après avoir réalisé l’abandon de ses parents, il n’a plus prononcé le moindre mot pendant plusieurs mois. Il se réfugiait également dans les endroits clos et petits, ça le rassurait. • Pourtant, Yano est une personne sociable, souriante et qui ne se gêne pas de faire l’idiot quand il en a l’occasion. Il se soucie de son entourage et aime se sentir utile. L’une des raisons pour laquelle, aujourd’hui encore il soutient l’orphelinat qui s’est occupé de lui pendant de nombreuses années et leur envoie de l’argent tous les mois. S’il a un peu de temps, il n’hésite pas non plus à leur donner un coup de main puis passer quelques heures avec les enfants • Il a un fils de 6 ans qui malheureusement semble avoir hérité d'un trait fort de son caractère puisque sans qu'il n'en connaisse la véritable cause, celui-ci s’est arrêté de parler à l’âge de 4 ans et depuis lors, Yano n’a plus jamais entendu le son de sa voix • De ce fait, il maîtrise parfaitement le langage des signes japonais afin de comprendre plus aisément son fils qui est en train de l'apprendre • Le seul jeu qu'il refuse de jouer avec son fils est le "cache-cache" • Il ne croit pas en la justice, il ne croit pas en l'homme tout court et il a du mal à faire confiance. Encore plus maintenant que le Japon est devenu ce qu'il est à l'heure actuelle.
AINSI VA LA VIE
(c) bird box.

PSEUDO : Lauly ÂGE : 25 ans. PAYS : France
PRESENCE:
7/7 Un petit mot ? : Je suis faible, j'ai pas résisté à l'inscrire mais c'mon bébé okay alors pardonnez-moi ma faiblesse  :heart:

_________________
Be strong forever
Because I couldn’t tell you, because I couldn’t say it. This cruel love makes my heart want to explode.  I miss you so much that I can’t stand it.
Takenaka Yano» Admin ♥
avatar
That's my job :

Il est professeur d'histoire géographie. Il enseigne principalement au collège/lycée mais ça lui arrive de faire des interventions en faculté ou de donner quelques cours particuliers.


What about love ? :

Il est célibataire mais il est papa d'un petit garçon de 6 ans.
Il ne recherche pas particulièrement l'amour, préférant se consacrer à l'éducation et au bonheur de son fils.


More about me :
Il a passé son enfance et son adolescence à jongler entre familles d'accueil et orphelinat • De ce fait, il n’a jamais eu de « vrais » parents et a quitté le foyer à sa majorité. Cependant, même avant son départ, il travaillait déjà à côté afin d’économiser de l’argent. • Avant, lorsque quelque chose le traumatisait assez fortement, il se pouvait qu’il s’arrête de parler pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Cela lui est déjà arrivé quand il était plus jeune où après avoir réalisé l’abandon de ses parents, il n’a plus prononcé le moindre mot pendant plusieurs mois. Il se réfugiait également dans les endroits clos et petits, ça le rassurait.



Pourtant, Yano est une personne sociable, souriante et qui ne se gêne pas de faire l’idiot quand il en a l’occasion. Il se soucie de son entourage et aime se sentir utile. L’une des raisons pour laquelle, aujourd’hui encore il soutient l’orphelinat qui s’est occupé de lui pendant de nombreuses années et leur envoie de l’argent tous les mois. S’il a un peu de temps, il n’hésite pas non plus à leur donner un coup de main puis passer quelques heures avec les enfants.



Il a un fils de 6 ans qui malheureusement semble avoir hérité d'un trait fort de son caractère puisque sans qu'il n'en connaisse la véritable cause, celui-ci s’est arrêté de parler à l’âge de 4 ans et depuis lors, Yano n’a plus jamais entendu le son de sa voix • De ce fait, il maîtrise parfaitement le langage des signes japonais afin de comprendre plus aisément son fils qui est en train de l'apprendre • Le seul jeu qu'il refuse de jouer avec son fils est le "cache-cache" • Il ne croit pas en la justice, il ne croit pas en l'homme tout court et il a du mal à faire confiance. Encore plus maintenant que le Japon est devenu ce qu'il est à l'heure actuelle.


Mar 6 Mar - 21:59
Voir le profil de l'utilisateur
Pendant longtemps, Yano s’était demandé pourquoi ses parents l’avaient abandonné, pourquoi du jour au lendemain, ils avaient soudainement pris la décision de le laisser tomber et il n’avait jamais vraiment compris. Il en était venu à la conclusion que malheureusement dans la vie, il y avait toujours des choses inexplicables et qu’on ne pouvait tout simplement pas comprendre. Il était beaucoup trop petit pour se rappeler des moindres détails qui auraient pu convaincre ses géniteurs de l’abandonner derrière. Ce dont lui se souvenait était qu’il ne quittait rarement jamais sa mère, qu’il lui réclamait énormément d’attention et qu’elle le lui avait toujours donné dans un doux sourire. Pas une seule fois, ses parents n’avaient paru le détester ou lui reprocher quoi que ce soit. Ils étaient une famille unie, qui paraissait heureuse. Hors, peut-être que sa différence avait été la raison du pourquoi, ils avaient fini par le rejeter. Ce n’était pas que Yano n’était pas normal mais contrairement aux enfants de son âge, on ne l’entendait pas souvent. A l’époque, inquiets à l’idée que leur fils puisse être malade, ils l’avaient emmené chez le médecin qui n’avait rien remarqué d’anormal et avait mis le problème sur de la timidité. Pourtant, Yano était un enfant chaleureux qui aimait s’amuser, qui souriait souvent et qui appréciait attirer l’attention. S’il ne parlait pas énormément, en vérité, c’était simplement parce qu’il appréciait le calme, parce qu’il aimait entendre les sons qui soufflaient dans ses oreilles mais peut-être était-ce également une sorte de barrière qu’il se construisait pour se protéger de ce monde étrange qu’il ne connaissait pas. Son entrée à l’école fut assez difficile pour lui qui était toujours collé aux jambes de sa mère et qui avait dû s’en séparer, une des raisons certainement pour laquelle, aucun de ses camarades, pas même sa maîtresse n’avait entendu le son de sa voix les premières semaines. Néanmoins on l’intégra plus rapidement que lui-même n’aurait pu le concevoir et l’enfant parvint finalement à s’ouvrir de plus en plus, s’épanouissant au côté de ses camarades. Il n’y avait donc plus rien à lui reprocher, hormis son innocence et sa naïveté, il n’était pas un méchant garçon. Au contraire, il ne se faisait pas remarquer à l’école si ce n’était pour cette joie communicative qu’il instaurait naturellement et il écoutait toujours sagement ce que lui disaient papa et maman. Peut-être même un peu trop.

Ce jour-là, ça avait été pareil, berné par le charme et la douceur que sa mère dégageait, il l’avait bêtement écouté lorsqu’elle lui avait parlé de jouer et de ne pas sortir de sa cachette tant qu’ils ne le retrouvaient pas. Comme toujours, il prit le jeu très au sérieux néanmoins si ça n’avait pas été la première fois qu’il y jouait avec eux, ce fut la dernière. Le temps lui parut extrêmement long cependant pas à un seul moment, il ne s’échappa du placard dans lequel il était camouflé et ce, peu importait la faim, la soif et la fatigue qui l’habitait. Il ne comprenait pas pourquoi personne ne venait le chercher mais parce qu’il n’était qu’un enfant, qu’il avait confiance en ses géniteurs, il avait naïvement songé qu’il s’agissait de sa meilleure cachette jusqu’à présent. Et quand la porte de l’armoire s’ouvrit, ce n’était pas le visage de sa mère qu’il aperçut mais celui de Mme Katsumura, la voisine. Yano était complètement perdu, ne saisissant pas pourquoi cette femme était là et si elle lui avait conseillé chaleureusement de sortir de là, il n’avait pas daigné bouger. Peut-être qu’au plus profond de lui, malgré ses six petites années, le garçon avait saisi que quelque chose d’anormal venait d’arriver cependant plutôt que quitter sa cachette, il avait déclaré rester ici jusqu’à ce que sa mère ne vienne le chercher. Elle n’était jamais venue… Et il avait fallu que des hommes en uniforme ne pénètrent à l’intérieur de la maison pour que l’enfant se motive à les écouter. Eux, il les connaissait, c’était la police et il n’avait pas eu besoin des conseils de ses parents pour savoir qu’il pouvait croire en eux. Pourtant, il leur avait quand même fallu un certain temps avant de parvenir à le convaincre de prendre leur main puis se relever. Des tas de questions tournoyaient dans son esprit, pourquoi y avait-il tant de monde dans son habitation, pourquoi est-ce que la maison était vide, où était papa et maman ? Personne ne lui avait répondu. Pas de suite.

On lui donna à boire et à manger, parce qu’après avoir passé une journée entière enfermé dans un placard, il devait en avoir amèrement besoin. On tenta ensuite de lui expliquer gentiment que personne ne savait où ses parents s’en étaient allés, qu’il ne les verrait malheureusement plus jamais et qu’à partir de maintenant, il vivrait avec d’autres enfants qui, comme lui, n’avait plus de famille. Ces mots-là, Yano ne les avait pas compris immédiatement, du moins, il avait refusé de les comprendre, questionnant à mainte et mainte reprise son éducatrice à l’orphelinat quand est-ce que ses parents viendraient le chercher… La douleur dans le creux de son cœur se faisait de plus en plus profonde à chaque jour qui s’évanouissait à cause de ce sentiment de manque qui l’accaparait, à cause de tous ses souvenirs qui défilaient dans son esprit et qu’il n’avait plus. Petit à petit, on n’eut rien besoin de lui dire, qu’il finit par réaliser de lui-même et accepter le fait que plus jamais, il ne verrait le sourire de maman et que papa ne lui raconterait plus ses histoires fantastiques avant d’aller au lit. Ce fut un énorme choc au point où l’enfant s’enferma dans un mutisme pendant plusieurs mois... Il n’était pas rare non plus, comme avant déjà, de le retrouver souvent assis dans le fond d’un placard, les bras autour de ses jambes. Malgré tout, il ne pouvait s’empêcher d’attendre, priant à ce que tout ceci ne soit qu’un mauvais rêve et que ses géniteurs finissent par revenir.

Il avait arrêté d’espérer après avoir été dans différentes famille d’accueil pour au bout du compte retourner toujours à l’orphelinat. Son enfance n’avait été que ça pendant des tas d’années, passant d’une famille à une autre avant de revenir vivre avec les autres. En grandissant, malgré une assez forte sensibilité, Yano était devenu un jeune homme plus sociable, plus attentifs aux autres et on l’entendait plus facilement qu’à son arrivée. Finalement, à l’âge de treize ans, il resta vivre au foyer pour toujours, étant certainement trop vieux pour qu’une famille ne l’accepte et ça lui convenait ainsi. Il aimait la vie qu’il avait à l’orphelinat, tout le monde était doux et sympathique, tout le monde prenait soin de lui et avait toujours essayé de le soutenir dès que quelque chose ne semblait pas aller correctement. Il retrouvait une sorte d’amour qu’il avait perdu pendant si longtemps et ce serait mentir que de dire que ce n’était pas agréable. Certes, ça ne remplacerait jamais la présence d’une mère et celle d’un père néanmoins de quoi pouvait-il se plaindre ? Il n’était plus vraiment en mesure de se rappeler de ses parents biologiques si ce n’était que ces derniers l’avaient abandonné lamentablement, sans jamais faire marche arrière pour venir récupérer ce fils qu’ils avaient « oublié ». Dire qu’il ne leur en voulait pas serait le plus gros mensonge qu’il pourrait prononcer. Rancunier, derrière sa douceur et son sourire, Yano l’était énormément. Il n’accordait sa confiance qu’une seule fois et si on espérait obtenir une seconde chance alors il fallait savoir être très patient…

Dans sa vie, il fit face à deux très grandes déceptions. La première fut évidemment celle de l’abandon de ses géniteurs… Et la deuxième fut bien plus tard alors qu’il n’était plus un enfant, qu’il avait franchi le cap de sa majorité depuis deux ans déjà. S’il avait déjà eu quelques flirts pendant son adolescence, ce n’était pas comparable à la relation qu’il entretenait avec sa meilleure amie depuis ses vingt et un ans. Ils s’étaient connus à l’université puis étaient rapidement devenus très proches au point où ils avaient convenu d’un commun d’avoir une relation amical mais avec quelques bénéfices. Lorsque l’un ou l’autre en avait envie, ils se voyaient puis partageaient des plaisirs charnels. Le jeune homme se l’était toujours nié hors certainement que dans le fond, il était tombé amoureux d’elle. Il aimait chaque instant passé à ses côtés, il aimait les baisers qu’ils échangeaient, les caresses qu’elle lui donnait et malgré cette relation libre, malgré ses filles qui lui tournaient autour, il n’était jamais allé voir ailleurs. Pas même un soir. Il appréciait lui acheter des petits cadeaux, il appréciait l’avoir auprès de lui rien que pour regarder un film à ses côtés et pouvoir l’embrasser sans arrière penser. N’importe qui les connaissant aurait dit qu’ils ressemblaient à un couple, qu’eux seuls ne le remarquaient pas et qu’ils étaient ces tourtereaux que personne n’aurait pu séparer. Qui aurait pu croire que ces deux-là finiraient par emprunter des chemins différents, une amertume profonde dans le cœur de l’un et une froideur méconnaissable dans celui de l’autre ?

Karen, de son nom, n’a jamais vraiment aimé les enfants et avait toujours déclaré qu’elle ne souhaitait pas spécialement en avoir. On aurait pu la comparer à une tornade, elle était une bouffée d’air frais et allait toujours là où le vent la portait. Elle aimait profiter de la vie, la croquer à pleine dent et voyager. Son plus grand rêve était de faire le tour du monde à bord d’un van puis de rencontrer des gens de culture différentes toutefois elle n’avait malheureusement pas les moyens de se payer un tel plaisir… Elle n’avait pas l’intelligence non plus pour les grandes études et devaient toujours étudier d’arrache-pied pour avoir des notes raisonnables et passer ses examens sans redoubler. Pour le métier, elle avait pensé à journalistes ou reporter toutefois elle n’était encore sûr de rien, tout ce qu’elle désirait, c’était voyager et voir le monde. Mais, elle vit tous ses projets s’effondraient en poussière ce jour où elle apprit l’horrible nouvelle qu’elle était enceinte et qu’il lui était trop tard pour avorter. A partir de ce moment-là, Yano ne la reconnut plus… Elle n’était plus cette camarade aimante, attachante et douce. Elle n’était plus ce rayon de soleil pour lequel il avait fini par s’enticher. Elle était devenue méprisable, aigri et si elle avait pu perdre cet enfant qu’elle avait dans le ventre, elle aurait été la première heureuse… Personne ne pouvait témoigner qu’elle n’avait pas essayé d'ailleurs. Elle lui avait répété à plusieurs reprises ô combien elle détestait cette forme qui naissait dans son ventre, ô combien elle espérait qu’il n’apparaisse jamais et que de toute manière s’il venait au monde, elle l’abandonnerait. Aujourd’hui encore, le jeune homme n’était pas en mesure d’oublier toutes ces atrocités que Karen avait pu lui balancer en plein visage, sans songer à ce qu’avait traversé Yano et que lui aussi était passé par là, que lui aussi avait connu l’abandon à cause de certainement des parents comme elle. Plus les jours avançaient, et plus il avait naturellement commencé à la haïr, les disputes devenant de plus en plus fréquentes jusqu’au jour fatidique. Malgré tout, il l’avait accompagné jusqu’au bout, il avait été présent du début à la fin… Il lui avait tenu la main le jour de l’accouchement, il l’avait rassuré comme ce mari qui rassurait sa femme avant la naissance tant attendu de leur premier enfant. Pas une seule seconde, il ne l’avait lâché, oubliant pendant un temps ses querelles qui avaient pris une grande place dans leur vie ces derniers mois. Peut-être que comme à cette époque, Yano avait voulu continuer de croire en cet infime espoir qui restait… Et à nouveau, on lui prouva qu’il avait eu tort.

Le bébé était à présent là, parmi eux, et ses cris résonnaient dans la salle d’accouchement. Les infirmières le nettoyèrent afin de permettre à la mère de le porter, ce qu’elle refusa catégoriquement, cette froideur foudroyante se reflétant dans ses pupilles. Elle n’en voulait pas, elle n’avait pas changé d’avis et n’avait pas hésité pour rétorquer à son meilleur ami d’en faire ce qu’il désirait, mais qu’elle, elle ne reconnaîtrait pas cet enfant. Ce fut assurément la goutte de trop, celle qui le fit cracher tout ce venin qu’il avait pour elle depuis plusieurs mois et qu’il s’était contenu de ne pas lui balancer en pleine figure. Il ne la comprenait plus et avait perdu l’envie d’essayer de la comprendre.

Certes, il n’avait que vingt-trois ans seulement il choisit d’élever cet enfant. Il souhaitait lui offrir cette vie que lui n’avait jamais pu avoir, il souhaitait lui donner tout l’amour dont il méritait mais plus que tout, il voulait avant tout lui donner une famille. Shota fut le prénom qu’il lui donna… Il était jeune, il n’avait pas eu d’autres choix que de sacrifier les plaisirs de jeunesse pour s’occuper de ce petit homme néanmoins ça ne l’avait jamais dérangé. Son fils était le plus beau cadeau qu’on avait pu lui faire et il ne vivait que pour son bonheur. Avec l’aide de l’orphelinat qui s’était occupé de lui pendant de nombreuses années, il put terminer ses études sans inquiétude avant de devenir à l’âge de 24 ans, professeur d’histoire géographie. Il était cultivé et parce qu’il aimait se sentir utile, parce qu’il aimait le contact scolaire, il avait naturellement choisi cette vocation.

Grâce à cela, ça lui permis d’offrir une vie confortable à Shota et de ne pas être trop pris par le travail pour pouvoir passer le plus de temps possible à ses côtés. Son fils lui ressemblait énormément, autant physiquement que caractériellement… Il le suivait partout, il s’accrochait tout le temps à lui comme un Koala s’accrochait à sa branche et comme lui à son âge, il n’était pas quelqu’un de très expressif. Bien sûr l’enfant parlait, il prononçait quelques phrases parfois cependant il était assez discret, ce qui ne l’empêchait pas d’être souriant, doux et attachant. Là où Yano commença à s’inquiéter fut quand la maîtresse de l’école lui expliqua que son fils n’essayait jamais de se mêler avec ses camarades, qu’il se réfugiait dans son coin et ne parlait tout simplement pas. L’enseignant n’attendit pas plus longtemps pour se rendre chez une psychologue, lui détaillant le problème et le fait qu’avec lui son enfant communiquait mais pas avec les autres… On lui raconta que c’était normal, que nombreux étaient les garçons de son âge à mettre du temps avant de s’ouvrir aux autres, qu’il avait juste besoin d’amis pour le rassurer et le comprendre, que ça irait mieux avec les années. Ceci n’avait été que des mensonges. La situation de son fils ne s’était jamais améliorée et si Yano avait tenté de comprendre ce qui se passait dans la tête de ce dernier, il n’en avait pas été capable. A quatre ans, Shota s’arrêta totalement de parler et depuis lors, il n’a plus jamais entendu le son de sa voix.

Il avait tout fait pour essayer de rendre le confort de son fils le meilleur possible, il l’avait changé d’école, le plaçant dans une spécialisée, demandant des conseils autour de lui sans que quelqu’un ne soit en mesure de lui expliquer les raisons de ce mutisme. Tout ce qu’il avait retenu de ce qu’on lui avait dit était que plus le silence se faisait long, plus il était difficile pour une personne de se motiver à en sortir. Peut-être qu’à l’heure actuelle, Shota n’y arrivait tout simplement plus… Alors, du mieux qu’il le pouvait, Yano lui contait des tas de choses, il ne faisait que lui parler encore et encore. Ce n’était pas grave si son fils ne répondait, du moment qu’il l’écoutait et qu’il avait son attention, c’était tout ce qu’il désirait, priant à ce qu’un jour ne vienne et qu’il puisse réentendre le son de sa voix. Elle lui manquait. Terriblement. Toutefois du mieux qu’il le pouvait, il essayait de ne pas le brusquer avec ça.  
Tale as old as time.

_________________
Be strong forever
Because I couldn’t tell you, because I couldn’t say it. This cruel love makes my heart want to explode.  I miss you so much that I can’t stand it.
Nakajima Hana»
avatar
Age : 24
That's my job :
Chercheuse de travail, et sûrement d'un but dans la vie.



Before all



What about love ? :

Mon unique et seul amour est la nourriture, je découvre peu à peu la joie des papilles, la douceur du palais.. et c'est l’extase.
More about me : • Une vision parfaite à chaque œil elle a commencé par le bas de l'échelle avant de devenir sniper.
• Trois fractures aux jambes, quatre aux poignets, et une à la côte, on peut dire que l'armée a été éprouvante mais jamais elle n'a baissé les bras.
• Elle ne peut boire qu'une bière, plus et elle devient incontrôlable.
• Une fois, un homme a voulu l'entraîner dans sa chambre sous peine qu'elle était une femme parmi des hommes et que c'est ce qu'elle cherchait, il a fini par ne plus pouvoir marcher pendant trois jours et s'est fait immédiatement renvoyer.
• Mais dernièrement suite à une mission, elle fut blessée au genou et une opération fut nécessaire détruisant une carrière de militaire par la même occasion.
• N'ayant plus de travail elle doit réapprendre à vivre et savoir ce qu'elle veut faire, mais les choix sont trop nombreux et elle n'a jamais pensé ainsi.
• Elle se casse la figure en talon et ne parlons pas de drague.. elle ne sait ni ne connaît rien à tout ça.
• Plusieurs cicatrices décorent son corps mais elle n'en porte pas attention et ne pense pas cela disgracieux, elle en est fière... pour le moment.
• A partir de huit ans elle n'a plus pleuré. Pour rien. Seule une fois, en partant pour l'armée. Le reste de sa vie, elle a enfermé la douleur et la transformé en rage de vaincre les obstacles.

Mar 6 Mar - 22:04
Voir le profil de l'utilisateur
Je pleure putain je pleure trop de douceur je l'aime trop.. la langue des signes en plus c'est une vraie passion genre j'adore tellement !! :youhou: :inlove2: Comment ne pas aimer ?

ta faiblesse est belle purée :inlove2: :please2:
Saitou Hiroki» Admin ♥
avatar
That's my job : Idole


What about love ? :
More about me :

ϟ Le métier d'idole ne lui convient plus depuis quelques années. Il est forcé de continuer car son manager le fait chanter ϟ Il prend des vitamines en comprimés, ainsi que des antidépresseurs - ce que personne ne sait, pas même son manager ϟ On lui a tellement inculqué que l'image était importante qu'il en prend grand soin ϟ Son manager l'a giflé une fois. Depuis il n'ose plus le contrarier et obéit à la moindre de ses demandes ϟ Il est attiré par les hommes, mais refuse de l'admettre. De plus, il est effrayé à l'idée que cela se sache ϟ Il lit beaucoup de mangas ou de romans policiers ϟ Il a développé une anxiété sociale à cause de la pression médiatique, et des fans ϟ Il a abandonné l'idée de pouvoir se sortir de ce cauchemar un jour ϟ Il est allergique au pollen
ϟ Il a peur des insectes ϟ Il est assez tactile avec les personnes en qui il a confiance ϟ Il est gaucher



Mar 6 Mar - 22:09
Voir le profil de l'utilisateur
Serait-ce la faiblesse que je vois à l'horizon ? Serait-ce elle que je sens par ici ?
Mais oui mais oui c'est bien ça !



Mais bon allez, on te pardonne ~
J'espère que tu t'amuseras bien avec ce perso. Tu sais déjà ce que j'en pense fufu j'ai hâte de le découvrir un peu plus en rp ! :bath: (je kiffe ce smiley jpp)

Plein d'amour sur toi :kiss: :kiss: :kiss:

_________________
One of the greatest tragedies in life is to lose your own sense of self and accept the version of you that is expected by everyone else.
Takenaka Yano» Admin ♥
avatar
That's my job :

Il est professeur d'histoire géographie. Il enseigne principalement au collège/lycée mais ça lui arrive de faire des interventions en faculté ou de donner quelques cours particuliers.


What about love ? :

Il est célibataire mais il est papa d'un petit garçon de 6 ans.
Il ne recherche pas particulièrement l'amour, préférant se consacrer à l'éducation et au bonheur de son fils.


More about me :
Il a passé son enfance et son adolescence à jongler entre familles d'accueil et orphelinat • De ce fait, il n’a jamais eu de « vrais » parents et a quitté le foyer à sa majorité. Cependant, même avant son départ, il travaillait déjà à côté afin d’économiser de l’argent. • Avant, lorsque quelque chose le traumatisait assez fortement, il se pouvait qu’il s’arrête de parler pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Cela lui est déjà arrivé quand il était plus jeune où après avoir réalisé l’abandon de ses parents, il n’a plus prononcé le moindre mot pendant plusieurs mois. Il se réfugiait également dans les endroits clos et petits, ça le rassurait.



Pourtant, Yano est une personne sociable, souriante et qui ne se gêne pas de faire l’idiot quand il en a l’occasion. Il se soucie de son entourage et aime se sentir utile. L’une des raisons pour laquelle, aujourd’hui encore il soutient l’orphelinat qui s’est occupé de lui pendant de nombreuses années et leur envoie de l’argent tous les mois. S’il a un peu de temps, il n’hésite pas non plus à leur donner un coup de main puis passer quelques heures avec les enfants.



Il a un fils de 6 ans qui malheureusement semble avoir hérité d'un trait fort de son caractère puisque sans qu'il n'en connaisse la véritable cause, celui-ci s’est arrêté de parler à l’âge de 4 ans et depuis lors, Yano n’a plus jamais entendu le son de sa voix • De ce fait, il maîtrise parfaitement le langage des signes japonais afin de comprendre plus aisément son fils qui est en train de l'apprendre • Le seul jeu qu'il refuse de jouer avec son fils est le "cache-cache" • Il ne croit pas en la justice, il ne croit pas en l'homme tout court et il a du mal à faire confiance. Encore plus maintenant que le Japon est devenu ce qu'il est à l'heure actuelle.


Mar 6 Mar - 22:17
Voir le profil de l'utilisateur
Hana ~  Moh happy que tu l'aimes :inlove2: :inlove2: :heart: J'y tenais trop au langage des signes ptn !! xDD en plus ça fait longtemps que je voulais un perso qui sache le "parler" :heart:

Mah mah tu la connais bien ma faiblesse, c'est pas un tetsu mais allez c'est presque pareil sauf que lui il est fidèle #meurs :mwaha:

Chon ~ Tu peux parler toi et la faiblesse heiiiiiiiin ? Parce que t'es pas forcément mieux



merciiii :love4: :love4: J'attends mon frère now *sifflote* :malin:

love love loveeee :heart: :heart:

_________________
Be strong forever
Because I couldn’t tell you, because I couldn’t say it. This cruel love makes my heart want to explode.  I miss you so much that I can’t stand it.
Matsudaira Kira»
avatar
That's my job : Web-journaliste pour le «Inked Magazine» & Pierceuse



What about love ? : Elle répondra très certainement qu'elle n'a pas la tête à ça, mais malgré le temps passé, elle a du mal à tourner la page...



More about me : Adore la moto, bien qu'elle roule très souvent sans permis • Féminine, elle prend soin de son apparence • Compte à son actif un certain nombre de délits mineurs •  Aime beaucoup les tatouages, mais n'en possède pas elle-même • Bilingue en anglais • Sa personnalité est très occidentalisée • Possède plusieurs pierçings : Nez, oreilles, poitrine, nombril et implants microdermaux • Niveau avancé en boxe • Propriétaire de deux gros chiens : Gibson et Scorpio, ainsi que d'un chat nommé Pirate • Joue du piano depuis petite, a également fait partie de la chorale de son lycée • Souffre d'anxiété, ce qui l'a menée à l'anorexie • Fan de musique et de concerts • Fume de temps en temps • Adore Vivienne Westwood




Mar 6 Mar - 22:20
Voir le profil de l'utilisateur

'Tention à pas trop faire ton Bg avec tes lunettes et tout là hein, j't'ai à l'oeil moi :hehe2:

Amuses toi bien !!  :heart:  et saches que Kira t'attends en tournant, elle a besoin de quelqu'un pour se plaindre :malin:
Nakajima Hana»
avatar
Age : 24
That's my job :
Chercheuse de travail, et sûrement d'un but dans la vie.



Before all



What about love ? :

Mon unique et seul amour est la nourriture, je découvre peu à peu la joie des papilles, la douceur du palais.. et c'est l’extase.
More about me : • Une vision parfaite à chaque œil elle a commencé par le bas de l'échelle avant de devenir sniper.
• Trois fractures aux jambes, quatre aux poignets, et une à la côte, on peut dire que l'armée a été éprouvante mais jamais elle n'a baissé les bras.
• Elle ne peut boire qu'une bière, plus et elle devient incontrôlable.
• Une fois, un homme a voulu l'entraîner dans sa chambre sous peine qu'elle était une femme parmi des hommes et que c'est ce qu'elle cherchait, il a fini par ne plus pouvoir marcher pendant trois jours et s'est fait immédiatement renvoyer.
• Mais dernièrement suite à une mission, elle fut blessée au genou et une opération fut nécessaire détruisant une carrière de militaire par la même occasion.
• N'ayant plus de travail elle doit réapprendre à vivre et savoir ce qu'elle veut faire, mais les choix sont trop nombreux et elle n'a jamais pensé ainsi.
• Elle se casse la figure en talon et ne parlons pas de drague.. elle ne sait ni ne connaît rien à tout ça.
• Plusieurs cicatrices décorent son corps mais elle n'en porte pas attention et ne pense pas cela disgracieux, elle en est fière... pour le moment.
• A partir de huit ans elle n'a plus pleuré. Pour rien. Seule une fois, en partant pour l'armée. Le reste de sa vie, elle a enfermé la douleur et la transformé en rage de vaincre les obstacles.

Mar 6 Mar - 22:54
Voir le profil de l'utilisateur
Ecoute .. comme je t'ai dit sur skype.. je peux lui faire un petit frère ou une petite soeur à ce pauvre petit :fixe: ok ok je sors xDD
Non mais j'aime trop le langage des signes!! Je veux retourner en couuuurs !!! Hana de retour en cours !!! Non faut lui apprendre le langage des signes !! :heart:

Aller amuse toi bien avec lui **
Ada Kurose»
avatar
Age : 32
That's my job : gérant du crazy circus, dealer et revendeur de drogues et d'organes.
What about love ? : l'amour ça ruine, ça tue ; c'est pour les faibles.
More about me :
001. Kurose aime bien se maquiller pour effrayer davantage et apprécier les réactions de ses clients, de ses rencontres. Ce sont des maquillages grossiers, parfois de clowns, qui l'amusent le plus. 002. Il a déjà tué des personnes, trois à ce jour, dont deux jugées pour cela dans son adolescence en tant que homicide involontaire. Il a fait de la prison pendant deux ans, des travaux d'intérêts généraux puis a du rembourser une amende. 003. Il préfère la nuit au jour, plus à l'aise pour agir dans l'ombre, rencontrer du monde et s'entourer. 004. Ses relations amoureuses se sont toujours soldées par des échecs, aussi ne recherche-t-il plus que des histoires d'un soir - quand l'envie lui en prend. 005. Kurose adore le parfum et est très sensible aux odeurs que portent ses interlocuteurs. Ne vous étonnez pas s'il se montre un peu trop tactile avec vous, c'est uniquement pour obtenir un peu de votre essence. 006. Il apprécie la nourriture et peut avoir des délires assez particuliers avec. Être sale dans tous les sens du terme ne le répugne en rien. 007. Kurose aime la musique et il lui arrive de pousser la chansonnette de temps en temps pour son bon plaisir. 008. Son plus grand rêve est de se faire incinérer. 009. Il se pose souvent des questions existentielles comme par exemple sur le sens que doit avoir sa vie sur cette Terre. 010. Il pense que les chats sont les seuls êtres capables de le comprendre.
Rps : black of night, hiroki -- sorrow of discord, fubuki -- soul eater, keisuke

Mer 7 Mar - 9:18
Voir le profil de l'utilisateur
Kame est tellement classe :inlove2:
Rebienvenue chez toi en tout cas et je pense que Yano et Kuro ont pu se connaître dans le passé, avec le foyer d’accueil tout ça :3
Saitou Hiroki» Admin ♥
avatar
That's my job : Idole


What about love ? :
More about me :

ϟ Le métier d'idole ne lui convient plus depuis quelques années. Il est forcé de continuer car son manager le fait chanter ϟ Il prend des vitamines en comprimés, ainsi que des antidépresseurs - ce que personne ne sait, pas même son manager ϟ On lui a tellement inculqué que l'image était importante qu'il en prend grand soin ϟ Son manager l'a giflé une fois. Depuis il n'ose plus le contrarier et obéit à la moindre de ses demandes ϟ Il est attiré par les hommes, mais refuse de l'admettre. De plus, il est effrayé à l'idée que cela se sache ϟ Il lit beaucoup de mangas ou de romans policiers ϟ Il a développé une anxiété sociale à cause de la pression médiatique, et des fans ϟ Il a abandonné l'idée de pouvoir se sortir de ce cauchemar un jour ϟ Il est allergique au pollen
ϟ Il a peur des insectes ϟ Il est assez tactile avec les personnes en qui il a confiance ϟ Il est gaucher



Mer 7 Mar - 10:49
Voir le profil de l'utilisateur
Pardonnnnn ? Je ne vois pas du tout de quoi tu parles :angel:
Je suis pas faible voyonnnnnns  :angel:
(comment on y croit pas c'est terrifiant...)(et son frère est en cours de construction fufufu  :please:)


© blend & every


Tu es validé(e) !



Bienvenue parmi nous et ravi de t’accueillir à Tokyo puisque tu viens d’être validé ! Tu vas pouvoir gambader dans les différents quartiers de la ville et profiter pleinement.

Mais avant de pouvoir pleinement t’amuser sur le forum, il faut que tu te trouves des amis en créant ta relationship. De plus, si tu souhaites être constamnent en contact avec eux, tu peux aussi te créer un téléphone. Et n’hésite pas non plus à venir nous rejoindre sur le flood et dialoguer, t’amuser avec tout le monde !

Bon jeu à toi et encore bienvenue sur le forum !  :heart:
©️ _Viviie.



_________________
One of the greatest tragedies in life is to lose your own sense of self and accept the version of you that is expected by everyone else.
Takenaka Yano» Admin ♥
avatar
That's my job :

Il est professeur d'histoire géographie. Il enseigne principalement au collège/lycée mais ça lui arrive de faire des interventions en faculté ou de donner quelques cours particuliers.


What about love ? :

Il est célibataire mais il est papa d'un petit garçon de 6 ans.
Il ne recherche pas particulièrement l'amour, préférant se consacrer à l'éducation et au bonheur de son fils.


More about me :
Il a passé son enfance et son adolescence à jongler entre familles d'accueil et orphelinat • De ce fait, il n’a jamais eu de « vrais » parents et a quitté le foyer à sa majorité. Cependant, même avant son départ, il travaillait déjà à côté afin d’économiser de l’argent. • Avant, lorsque quelque chose le traumatisait assez fortement, il se pouvait qu’il s’arrête de parler pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Cela lui est déjà arrivé quand il était plus jeune où après avoir réalisé l’abandon de ses parents, il n’a plus prononcé le moindre mot pendant plusieurs mois. Il se réfugiait également dans les endroits clos et petits, ça le rassurait.



Pourtant, Yano est une personne sociable, souriante et qui ne se gêne pas de faire l’idiot quand il en a l’occasion. Il se soucie de son entourage et aime se sentir utile. L’une des raisons pour laquelle, aujourd’hui encore il soutient l’orphelinat qui s’est occupé de lui pendant de nombreuses années et leur envoie de l’argent tous les mois. S’il a un peu de temps, il n’hésite pas non plus à leur donner un coup de main puis passer quelques heures avec les enfants.



Il a un fils de 6 ans qui malheureusement semble avoir hérité d'un trait fort de son caractère puisque sans qu'il n'en connaisse la véritable cause, celui-ci s’est arrêté de parler à l’âge de 4 ans et depuis lors, Yano n’a plus jamais entendu le son de sa voix • De ce fait, il maîtrise parfaitement le langage des signes japonais afin de comprendre plus aisément son fils qui est en train de l'apprendre • Le seul jeu qu'il refuse de jouer avec son fils est le "cache-cache" • Il ne croit pas en la justice, il ne croit pas en l'homme tout court et il a du mal à faire confiance. Encore plus maintenant que le Japon est devenu ce qu'il est à l'heure actuelle.


Mer 7 Mar - 14:47
Voir le profil de l'utilisateur
Kira ~ Bah quoiiiii, avec une tête pareille, autant en profiter :angel: tu préfères le mode daron ? :mwaha: Sinon tu préfèrerais un cours de langue :fufu: :fouet:

Ça marche, on se fera une petite soirée de bff et il l'écoutera sagement :heart: :heart:

Hana ~ mdrrrr je sais je sais :emo:
Mooooh :heart: :heart: Il lui apprendra si tu veux :fouet:

Merciiiii :boing:

Kuro ~ N'est ce pas ? :malin: Non mais Kame c'est mon bébé, mon fils, ma fierté #out il est plus vieux que moi mais c'est qu'un détail :mwaha:
Ouiiii, je pense aussi, quand j'avais lu ta fichette, je m'étais dit que ça nous ferait déjà un lien avec ce compte là :heart:

Hiro ~ Fais pas semblant avec moi, je te l'ai dit, je te connais :emo: (coooool et bah je l'attends avec impatience :inlove: )

_________________
Be strong forever
Because I couldn’t tell you, because I couldn’t say it. This cruel love makes my heart want to explode.  I miss you so much that I can’t stand it.
Takenaka Yano • Stay strong forever
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The wrong side of heaven  :: First steps :: Présentations :: Présentations validées :: Very Down-