AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

sorrow of discord (+) Fubuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ada Kurose»
avatar
Age : 32
That's my job : gérant du crazy circus, dealer et revendeur de drogues et d'organes.
What about love ? : l'amour ça ruine, ça tue ; c'est pour les faibles.
More about me :
001. Kurose aime bien se maquiller pour effrayer davantage et apprécier les réactions de ses clients, de ses rencontres. Ce sont des maquillages grossiers, parfois de clowns, qui l'amusent le plus. 002. Il a déjà tué des personnes, trois à ce jour, dont deux jugées pour cela dans son adolescence en tant que homicide involontaire. Il a fait de la prison pendant deux ans, des travaux d'intérêts généraux puis a du rembourser une amende. 003. Il préfère la nuit au jour, plus à l'aise pour agir dans l'ombre, rencontrer du monde et s'entourer. 004. Ses relations amoureuses se sont toujours soldées par des échecs, aussi ne recherche-t-il plus que des histoires d'un soir - quand l'envie lui en prend. 005. Kurose adore le parfum et est très sensible aux odeurs que portent ses interlocuteurs. Ne vous étonnez pas s'il se montre un peu trop tactile avec vous, c'est uniquement pour obtenir un peu de votre essence. 006. Il apprécie la nourriture et peut avoir des délires assez particuliers avec. Être sale dans tous les sens du terme ne le répugne en rien. 007. Kurose aime la musique et il lui arrive de pousser la chansonnette de temps en temps pour son bon plaisir. 008. Son plus grand rêve est de se faire incinérer. 009. Il se pose souvent des questions existentielles comme par exemple sur le sens que doit avoir sa vie sur cette Terre. 010. Il pense que les chats sont les seuls êtres capables de le comprendre.
Rps : black of night, hiroki -- sorrow of discord, fubuki -- soul eater, keisuke

Sam 10 Mar - 21:47
Voir le profil de l'utilisateur

sorrow of discord -- Sourire émacié sur un visage maquillé. La froideur, la raideur, l'indifférence y sont peintes face à son interlocuteur qui approche. Ses poches sont pleines ; il doit les vider. Rien de plus normal que la routine. Kurose lève les yeux vers le ciel, ses lèvres rouges s'étirent en un rictus appréciateur, bienfaisant malgré l'expression manufacturée qu'il a si longtemps appris à travailler. Il aime le vent qui s'échoue sur son visage, les étoiles qui crépitent au-dessus de son crâne, la couleur et l'âme qui s'évadent de ce tableau, entre deux ruelles étroites de la ville qui ne dort jamais. Les bruits assourdissants viennent jusqu'à ses oreilles tandis que ses mains fouillent dans ses poches, renfoncent un paquet pour en extirper un autre et glisser une cigarette à sa bouche. La fumée s'évapore entre ses lèvres, des bruits de pas arrivent jusqu'à sa fine silhouette qui se reflète contre le mur de briques.
Kurose n'a pas besoin de parler, on le connaît. Il jette simplement le sachet dans les mains de l'homme en face de lui, comme s'il s'agissait d'un vulgaire ours en peluche. Puis, il tend la sienne, attendant de pied ferme ce qui constitue, globalement, le loyer qu'il paye à l'état pour la propriété de son bar, le Crazy Circus. C'est principalement pour cette raison que Kurose trempe dans ces trafics, n'y voyant pas le mal, mais davantage la facilité de se faire un réseau et d'obtenir de l'argent. Cependant, il sent que quelque chose ne tourne pas rond ; que l'homme ne va pas tarder à détaler avec son dû sans lui donner le sien.
« Vous m'avez fait perdre mon argent, et mon temps. »
Parce que la sent, l'ombre qui pèse dans son dos. Mais il en faut bien plus à Kurose pour qu'il se mette à s'enfuir lâchement à l'image du dealer. Il l'a bien pris pour un idiot jusqu'au bout et le corbeau noir ne risque pas d'oublier son visage aussi vite. Las, il tire une longue latte sur sa barre de nicotine avant de pivoter sur ses talons pour découvrir la silhouette derrière lui. Il passe une main dans sa chevelure, fixe l'homme qui se détache des lumières colorées de Shinjuku. Il se doute bien que cet inconnu n'est pas n'importe qui, mais, et alors ? Kurose ne ressent pas la peur.
Kurose ne parlera pas plus avant lui. Il se contente de terminer sa cigarette avant de l'écraser sous la semelle épaisse de ses Doc Martens noires. La soirée risque peut-être d'être plus amusante que ce qui était prévu à la base.
Yoshida Fubuki»
avatar
That's my job : Tatoueur et chef d'un clan de Yakuza

Sam 17 Mar - 18:22
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow of discordFubuki & KuroseUn réseau de drogue, des dealers de pacotille qui ne savent pas sur quel terrain ils jouent. Encore des imbéciles qui pensent pouvoir faire ce qu’ils veulent sur le territoire des autres. Encore des gamins qui viennent amener des problèmes au clan. Un soupir s’échappe des lèvres du leader, agacé par ces futilités, agacé de devoir s’occuper de ces petites frappes qui pensent pouvoir faire ce qu’ils veulent sur son territoire et leur amène les flics. Encore une affaire dont il va devoir se charger personnellement, trop d’hommes déjà mobilisés pour d’autre affaires, trop de délinquants qui traînent sur son territoire, trop de chose qui mette en péril la tranquillité du clan. L’agacement se lit sur le visage de Fu tandis qu’il s’avance dans la nuit, en quête de cet endroit où l’échange doit avoir lieu d’après sa source. Ses pas sont silencieux, bercés par les bruits de la nuit, enfin, une ruelle sombre, dissimulée, le lieu de la transaction. Un homme passe sous ses yeux, s’enfonçant dans l’impasse de cette ruelle. Dealer ou simple client? Fu n’en est pas sûr, il n’a pu obtenir aucune description du fameux dealer qui s’avérait être bien plus qu’un dealer. C’était sans doute l’une des personnes qui attirait le plus l’attention du clan par ses actes, l’un de ceux qu’ils se devaient de surveiller, voir de le faire arrêter ses activités, sur son territoire du moins, ce qu’il faisait ailleurs, il s’en fichait bien, tant qu’il n’attirait pas de problèmes à son clan. Une minute, deux minutes… Personne en vu, l’homme doit être le client. Il s’avance dans un silence complet, deux silhouettes se dessinent dans son champs de vision. Il s’adosse à un mur, les bras croisés, son regard rivé sur la transaction qui se déroule sous ses yeux. L’homme qu’il suppose être le client le remarque, son regard se fait incertain, il semble prêt à partir. L’autre homme prend alors la parole, Fu considère que ces mots lui sont adressés. L’homme se retourne alors vers lui, son apparence n’est pas de celle qu’il a l’habitude de voir.

-Tiens, je ne savais pas que les clown aussi dealaient,
déclare-t-il d’un ton neutre, dévisageant l’homme.

Son expression ne reflète pas la peur, plutôt l’indifférence, sa présence ne semble pas lui faire peur, au contraire, peut-être même l’amuse-t-il. Mais Fu n’est pas du genre à se laisser impressionner, bien au contraire. Il a quelque chose à régler, et il compte bien le faire.

-Tu vois, j’ai un soucis. Ici, c’est mon territoire, et toi avec ta drogue et tes transactions douteuses, tu attires pas mal de problèmes à mon clan. Ne te méprends pas, je me fiche bien de tes petites magouilles, simplement quand ça se passe sur mon territoire et que ça peut ramener les flics, là je ne peux pas rester sans agir.

Il dit ces mots d’un ton détaché, indifférent, tout en gardant une expression dure, froide. Fubuki se fiche bien des actes de cet homme, tant qu’ils ne se passent pas sur son territoire et ne mettent pas en péril son clan. Or ce n’est pas le cas, et il compte bien débarrasser son territoire de ces petits dealeurs.
©️ 2981 12289 0
sorrow of discord (+) Fubuki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The wrong side of heaven  :: Tokyo City :: Shinjuku :: Kabukicho-