AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

soul eater + Keisuke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ada Kurose»
avatar
Age : 32
That's my job : gérant du crazy circus, dealer et revendeur de drogues et d'organes.
What about love ? : l'amour ça ruine, ça tue ; c'est pour les faibles.
More about me :
001. Kurose aime bien se maquiller pour effrayer davantage et apprécier les réactions de ses clients, de ses rencontres. Ce sont des maquillages grossiers, parfois de clowns, qui l'amusent le plus. 002. Il a déjà tué des personnes, trois à ce jour, dont deux jugées pour cela dans son adolescence en tant que homicide involontaire. Il a fait de la prison pendant deux ans, des travaux d'intérêts généraux puis a du rembourser une amende. 003. Il préfère la nuit au jour, plus à l'aise pour agir dans l'ombre, rencontrer du monde et s'entourer. 004. Ses relations amoureuses se sont toujours soldées par des échecs, aussi ne recherche-t-il plus que des histoires d'un soir - quand l'envie lui en prend. 005. Kurose adore le parfum et est très sensible aux odeurs que portent ses interlocuteurs. Ne vous étonnez pas s'il se montre un peu trop tactile avec vous, c'est uniquement pour obtenir un peu de votre essence. 006. Il apprécie la nourriture et peut avoir des délires assez particuliers avec. Être sale dans tous les sens du terme ne le répugne en rien. 007. Kurose aime la musique et il lui arrive de pousser la chansonnette de temps en temps pour son bon plaisir. 008. Son plus grand rêve est de se faire incinérer. 009. Il se pose souvent des questions existentielles comme par exemple sur le sens que doit avoir sa vie sur cette Terre. 010. Il pense que les chats sont les seuls êtres capables de le comprendre.
Rps : black of night, hiroki -- sorrow of discord, fubuki -- soul eater, keisuke

Dim 11 Mar - 12:43
Voir le profil de l'utilisateur
soul eater -- C'est avant tout et pour tout, pour son odeur que Kurose est venu le voir. Après tout, qu'en a-t-il bien à faire de se faire photographier ? Il n'a pas besoin de se justifier envers qui que ce soit, puis, qu'est-ce qu'un inconnu ferait de son image ? Il sait qu'il n'a aucun pouvoir dessus, que même s'il va la donner à la police, ce sera lui le plus en tort, interrogé pour savoir ce qu'il tramait dans le coin. Non, vraiment, Kurose ne voit pas le mal, il sent juste ce parfum qui l'enivre plus fort encore qu'une vulgaire drogue. Ses yeux finement maquillés derrière sa chevelure noire en bataille aperçoivent le visage masculin de la silhouette si bien dessinée vers lequel il avance.
« Tu seras pardonné si tu m'offres un verre. Un seul, ce n'est pas grand-chose. »
Parce qu'il a accepté d'effacer la photographie, Kurose sait qu'il va accepter de lui payer le verre qu'il réclame. Ce n'est pas tant pour boire, ou pour avoir un peu de compagnie, mais simplement pour tâcher de reconnaître cette délicate odeur qui émane du corps de son interlocuteur. Puis, par chance, il ne peut qu'apprécier le physique avantageux de ce photographe peut-être un peu trop curieux et aventureux. Ses lèvres rouges s'étirent en un rictus qui se veut être un sourire puis ses longues jambes les entraînent dans un bar de l'autre côté de la rue. Ses pupilles noires s'adaptent automatiquement à l'ambiance tamisée des lumières, lui rappelant avec plaisir son propre établissement.
Le corbeau noir vient s'accouder au bar avec nonchalence, faisant signe à son bel inconnu de s'installer. Serait-il sur la réserve ? Intimidé ? Si quelqu'un doit être intimidé, c'est bien Kurose, entouré de tous ces jeunes si semblables, similaires, identiques. Sont-ce des clones ? Dupliqués en plusieurs exemplaires ? Il secoue la tête, la penche pour chercher le regard du photographe.
« Je bois du Whisky. »
Il finit par s'approcher davantage, se hissant sur un tabouret à ses côtés en croisant ses longues jambes scellées dans un jean noir, basique. Ses doigts noueux jouent entre eux ; Kurose s'habitue à l'ambiance, à l'étroitesse de l'endroit, recherche le parfum de son camarade qui lui plaît tant.
« Tu devrais faire attention à ce que tu prends en photos si tu n'as pas envie d'avoir des ennuis. »
Même s'il ne s'agissait que d'un peu de drogue ce soir-là, il aurait pu voir des organes transiter un autre soir.
Tachibana Keisuke» Admin ♥
avatar
Age : 26
That's my job :
Il est photographe, et passionné de photographie depuis sa plus tendre enfance.


What about love ? :
Il est célibataire depuis quelques temps à présent. Il ne cherche pas spécialement à rencontrer l'amour, chacune de ses relations s'étant toutes mal terminées toutefois il ne le fuit pas non plus.




More about me :
Sa mère a quitté la maison alors qu'il n'était qu'un enfant. Ce sont son père et son frère, Kota, qui se sont occupés de lui. Aujourd'hui, il partage son appartement avec son aîné • Il ne peut pas faire d'activités trop intenses à cause de gros problèmes de santé • Il sait jouer du piano et de la guitare. Aussi un petit peu de violon, mais uniquement les bases • Il est passionné de photographie. Rares sont les fois où il ne porte pas sa caméra avec lui.



Il est très habile de ses mains, que cela soit pour construire des objets avec du papier, pour jouer d’un instrument de musique, pour concevoir, réparer... Peut-être parce que privé de nombreuses choses, il avait du trouver d’autres moyens pour s’occuper et à force, c’en était devenu un talent.



Il a vécu deux ans aux Etats Unis, il est parti pendant sa dernière année de lycée • Même si à cause de ses mensonges, beaucoup de gens lui ont tourné le dos, Keisuke ne s'est jamais arrêté de mentir. C'est son unique moyen de protection. • L'idée de mourir lui fait extrêmement peur. Ca lui arrive quelques fois d'en faire des cauchemars





Mar 13 Mar - 20:50
Voir le profil de l'utilisateur

"Soul Eater"
ft. Kuro ~


La photographie avait toujours été sa passion, depuis qu’il était tout petit. Parce qu’il n’avait pas le droit de sortir comme les autres, parce qu’il était contraint de rester enfermé la grande majorité de son temps à cause de sa santé qui était plus que fragile, à peine pouvait-il mettre à pied à l’extérieur qu’il éprouvait l’envie d’immortaliser chaque souvenir. Cela avait tout d’abord commencé avec les appareils photos jetables, son père n’ayant pas le choix que d’en acheter des tas au vue de comment l’enfant s’amusait avec… Et les clichés n’étaient d’ailleurs pas si mauvais pour son âge. Au fil des années, alors que la technologie se développait ainsi que ses compétences, il avait commencé à avoir des appareils plus perfectionnés, des logiciels qui lui permettaient des images et tout objet qui pouvait s’associer à sa passion. Il n’était pas un garçon comme les autres, puisqu’il n’avait pas le droit de courir de dehors, il n’avait pas le droit de chanter ou danser, il n’avait pas le droit de trop s’épuiser et ce n’était pas facile tous les jours… Alors oui, de lui-même, Keisuke avait appris à s’occuper en dessinant, construisant différentes choses et en photographiant tout ce qui lui passait sous la main. Aujourd’hui, il avait réussi à en faire son métier… Une chose qu’il ne pensait pas pouvoir faire un jour et pourtant… Malgré son état de santé, il avait pu poursuivre ses études, prendre de véritables cours, ce qui lui avait permis de créer son propre style mais surtout de s’améliorer énormément.

Il ne sortait jamais, ou alors rarement, sans un appareil photo, petit ou grand, cela dépendait de ses humeurs. Aujourd’hui, parce qu’il comptait marcher beaucoup, il s’était contenté de son numérique qui rentrait aisément dans son sac. Il s’était promené dans les différentes rues d’Ikebukuro, faisant un peu de lâche vitrine et il n’avait pas non plus résisté à s’arrêter au Blueseal afin de prendre une glace à la patate douce, l’un de ses parfums préférés. Un jour, il espérait pouvoir faire le tour d’Okinawa, rien que pour goûter tout leur plat à base de cette saveur. Certains trouvaient cela particuliers, lui il adorait. Ensuite, après avoir fait un tour dans le Sunshine City, il avait repris sa balade, se perdant dans des ruelles moins fréquentées et appréciant le paysage, il en avait naturellement pris plusieurs clichés. Lui se contentait de ce qu’il voyait, les photographies de rue étaient spectaculaires, et c’était assurément ses préférés. On immortalisait l’instant de la vie de tous les jours. Il n’y avait pas de mot pour le décrire, juste que lui, il aimait ça. Et probablement que, en effet, il devrait plus prêter attention aux scènes qui se déroulaient devant lui, ça lui éviterait bien des problèmes.

Ce serait mentir, quoi que le concernant on ne serait pas surpris, que de dire qu’en voyant ce garçon s’approchait, Keisuke n’avait pas eu peur. Il n’avait pas rechigné lorsqu’on lui demanda de supprimer ce qu’il venait de photographier, il s’était même excusé. Puis, on lui avait proposé un verre. Honnêtement, il n’avait pas trop compris le rapport cependant il avait accepté, ne trouvant pas son interlocuteur si méchant finalement… Comme quoi il ne fallait jamais se fier aux apparences.
Pas à l’aise malgré tout, le jeune homme se contenta de le suivre dans un sourire, observant avec curiosité l’endroit dans lequel il se trouvait à présent. Keisuke n’était pas un grand fêtard, il n’avait pas l’habitude de sortir dans les bars puis de profiter de l’ambiance jusqu’au petit matin mais ça allait. Ce n’était pas désagréable. La proximité qu’il y avait à cause de l’étroitesse de la pièce le perturbait quelque peu toutefois, il se connaissait assez pour savoir qu’il s’y habituerait vite. Hochant la tête à sa rétorque, le photographe s’empara d’un tabouret avant de s’y assoir à son tour puis de commander un whisky pour l’inconnu et une bière pour lui. Il buvait rarement de l’alcool, donc pour lui, ça suffirait. « Je sais. » Il sourit. « Mais sur le moment, je ne réfléchis jamais. » Etait-ce bizarre de dire qu’il était comme envoûté par ce qu’il faisait ? Ses phalanges secouèrent nerveusement ses cheveux, signe apparent de sa gêne. « En tout cas merci. Je ferais plus attention la prochaine fois. » C’était certain. « Je ne veux pas prendre le risque que mon corps se retrouve dieu ne sait où pour seulement une histoire de photos. » Ce serait stupide. Encore plus lorsqu’on savait qu’il était malade et que ses jours étaient comptés.


Ada Kurose»
avatar
Age : 32
That's my job : gérant du crazy circus, dealer et revendeur de drogues et d'organes.
What about love ? : l'amour ça ruine, ça tue ; c'est pour les faibles.
More about me :
001. Kurose aime bien se maquiller pour effrayer davantage et apprécier les réactions de ses clients, de ses rencontres. Ce sont des maquillages grossiers, parfois de clowns, qui l'amusent le plus. 002. Il a déjà tué des personnes, trois à ce jour, dont deux jugées pour cela dans son adolescence en tant que homicide involontaire. Il a fait de la prison pendant deux ans, des travaux d'intérêts généraux puis a du rembourser une amende. 003. Il préfère la nuit au jour, plus à l'aise pour agir dans l'ombre, rencontrer du monde et s'entourer. 004. Ses relations amoureuses se sont toujours soldées par des échecs, aussi ne recherche-t-il plus que des histoires d'un soir - quand l'envie lui en prend. 005. Kurose adore le parfum et est très sensible aux odeurs que portent ses interlocuteurs. Ne vous étonnez pas s'il se montre un peu trop tactile avec vous, c'est uniquement pour obtenir un peu de votre essence. 006. Il apprécie la nourriture et peut avoir des délires assez particuliers avec. Être sale dans tous les sens du terme ne le répugne en rien. 007. Kurose aime la musique et il lui arrive de pousser la chansonnette de temps en temps pour son bon plaisir. 008. Son plus grand rêve est de se faire incinérer. 009. Il se pose souvent des questions existentielles comme par exemple sur le sens que doit avoir sa vie sur cette Terre. 010. Il pense que les chats sont les seuls êtres capables de le comprendre.
Rps : black of night, hiroki -- sorrow of discord, fubuki -- soul eater, keisuke

Dim 18 Mar - 11:29
Voir le profil de l'utilisateur
soul eater -- Un peu de drogue n'est pas embêtant, à l'inverse du trafic d'organes dans lequel patauge Kurose. Non pas qu'il ait peur des retombées, car si jamais il doit y en avoir, il serait le premier à donner le nom des différents réseaux avant d'en trouver de nouveaux, juste qu'il n'a pas spécialement envie de retrouver son visage dans des photographies qui lui sont inconnues. Il n'aurait pas fait de mal à son interlocuteur (du moins, il ne le pense pas), c'est simplement pour lui qu'il dit cela, de se protéger et de faire attention. La grande ville qui ne dort jamais est bien plus petite que ce que l'on peut croire. A chaque coin de rue, on est espionné, filmé, traqué. Kurose l'a bien compris et c'est pour cette raison première qu'il est loin d'être l'homme le plus loyal envers ses semblables. C'est la jungle, et pour y survivre, il faut jouer des coudes et se montrer égoïste. Les gros poissons mangent les plus petits, tout crus.
Son verre de Whisky vient cogner contre le comptoir en bois, suivi de près d'une bierre pour le photographe. Kurose saisit son verre pour y tremper ses lèvres rouges avant d'en boire une gorgée.
« Evite plutôt toute prochaine fois, lui dit-il. Je m'appelle Ada Kurose. »
Il se présente en se penchant un peu vers son camarade, attrapant une poussière du bout des doigts qui se trouve dans ses cheveux. Non, vraiment, même aussi près, il n'arrive pas à discerner l'odeur qui émane si délicatement du corps de cet inconnu. Et cela l'agace, il tique, racle sa gorge pour boire une gorgée supplémentaire.
« Ce n'est pas de la vanille, n'est-ce pas ? Du lys, peut-être... »
ça l'ennuie vraiment de ne pas réussir à comprendre ce mélange bien agréable à son odorat. Il aurait pu attraper sa main, renifler son poignet ou bien saisir sa veste, mais ce ne sont pas des choses qui se font si aisément, n'est-ce pas ? Kurose détend ses jambes pour se tortiller sur son tabouret afin d'extirper son paquet de cigarettes de la poche arrière de son jean. Il en propose une à son vis-à-vis avant d'en afficher une entre ses lèvres, tirant une latte. Ses yeux sombres demeurent fixés sur son camarade qui semble se mettre de plus en plus à l'aise dans cet espace confiné. Il devrait peut-être l'emmener au Crazy Circus.
« Ce sont les reins que nous cherchons en ce moment, tu n'as pas à t'en faire pour le reste de ton corps. »
Un sourire étire sa bouche, presque amusé de lire la surprise sur le visage du garçon en face de lui. Oui, Kurose passe d'une conversation à une autre, pour revenir sur le sujet d'avant plusieurs minutes après ; il faut bien le suivre. Il rit en son fort intérieur avant de souffler sa fumée au visage du plus jeune.
« Bien que le reste soit bien plaisant. »
Tachibana Keisuke» Admin ♥
avatar
Age : 26
That's my job :
Il est photographe, et passionné de photographie depuis sa plus tendre enfance.


What about love ? :
Il est célibataire depuis quelques temps à présent. Il ne cherche pas spécialement à rencontrer l'amour, chacune de ses relations s'étant toutes mal terminées toutefois il ne le fuit pas non plus.




More about me :
Sa mère a quitté la maison alors qu'il n'était qu'un enfant. Ce sont son père et son frère, Kota, qui se sont occupés de lui. Aujourd'hui, il partage son appartement avec son aîné • Il ne peut pas faire d'activités trop intenses à cause de gros problèmes de santé • Il sait jouer du piano et de la guitare. Aussi un petit peu de violon, mais uniquement les bases • Il est passionné de photographie. Rares sont les fois où il ne porte pas sa caméra avec lui.



Il est très habile de ses mains, que cela soit pour construire des objets avec du papier, pour jouer d’un instrument de musique, pour concevoir, réparer... Peut-être parce que privé de nombreuses choses, il avait du trouver d’autres moyens pour s’occuper et à force, c’en était devenu un talent.



Il a vécu deux ans aux Etats Unis, il est parti pendant sa dernière année de lycée • Même si à cause de ses mensonges, beaucoup de gens lui ont tourné le dos, Keisuke ne s'est jamais arrêté de mentir. C'est son unique moyen de protection. • L'idée de mourir lui fait extrêmement peur. Ca lui arrive quelques fois d'en faire des cauchemars





Lun 19 Mar - 20:16
Voir le profil de l'utilisateur

"Soul Eater"
ft. Kuro ~


Il ne pouvait pas éviter toute prochaine fois parce que la photographie était sa passion. C’était tout ce qu’il avait et il ne pouvait pas s’arrêter de prendre des clichés sous prétexte qu’il risquait de tomber sur des personnes malintentionnées. Alors oui, la prochaine fois, il observerait autour avant de prendre des photos car il n’éprouvait aucune envie de s’attirer des ennuis. Comment aurait-il pu deviner ce qu’il se tramait aujourd’hui ? Keisuke faisait partie de ces gens quelque peu naïfs, qui ne pensait jamais au mal qui pourrait leur arriver jusqu’à ce qu’un problème arrive. On se disait constamment, ce genre de chose n’arrive qu’aux autres et malheureusement, ce n’était pas toujours le cas. Il n’avait pas eu d’autres choix que de le remarquer aujourd’hui. Toutefois, il jugea meilleur de ne pas relever et de se contenter d’un sourire en guise de réponses. Il était bon menteur puis de toute façon, c’était son problème s’il se mettait à nouveau en danger n’est-ce pas ? Même si, oui, il le reconnaissait, il l’admettait, il était redevable à cet homme qui lui avait sauvé la mise ce soir… Dans d’autres circonstances, probablement que son corps serait déjà en train de flotter sur la rivière Sumida, tout ça à cause de quelques misérables photos prises sans précaution. Rien que d’y songer lui donnait froid dans le dos. Ce monde-là, le jeune homme ne l’aimait pas tant que ça… Il ne comprenait pas l’intérêt de se battre, de trafiquer pour vivre, de tuer pour s’en sortir ou par pur plaisir, de vendre des femmes à cause de la grosse somme d’argent que ça rapportait. Lui était une personne plus loyale, plus droite et avait toujours été contre ce genre d’agissement. Certainement parce que d’une part, ça lui faisait peur, et d’autre part, parce qu’on lui avait toujours appris que dans la vie, il fallait travailler dur et sérieusement pour avancer, que les femmes n’étaient pas des objets et qu’elles se respectaient, qu’il était important d’aider son prochain, que prendre de la drogue ne ferait qu’aggraver son état de santé et tant d’autres valeurs qu’il avait toujours gardé fermement imprégné dans son esprit. S’il savait ce que faisait son vis-à-vis, Keisuke ne saurait probablement pas quoi en penser… Hors, malgré sa maladie, malgré les difficultés qu’il aurait à trouver une greffe s’il choisissait de s’inscrire sur une liste d’attente, jamais il n’irait acheter un organe illégal. C’était malsain. C’était cruel pour toutes ses personnes qui attendaient depuis des années et à qui on leur arrachait un potentiel don. C’était cruel pour ses gens à qui on leur volait, carrément, leurs organes pour en sauver d’autres. Il ne supporterait jamais de vivre tout en sachant ça et ce, même s’il était vivant. Plutôt mourir.

Le regard en direction de son vis-à-vis, il lui sourit gentiment, se présentant à son tour d’un « Tachibana Keisuke » avant de se retrouver légèrement perturbé par l’attitude du jeune homme. Il n’avait pas pour habitude à ce qu’on soit tactile avec lui, et surtout pas aussi rapidement. Contrairement à ce qu’on pouvait croire, le photographe ne se rendait pas souvent dans ce genre d’endroit et ne flirtait pas non plus avec le premier venu. Ce n’était pas l’envie qui manquait parfois néanmoins avec sa santé, il avait appris à se passer des choses banales de la vie de tous les jours. Pourtant, là non plus, il n’avait prononcé aucun mot à ce propos, ne repoussant pas le garçon à ses côtés. « Peut-être. » Qu’il reprit d’un ton malicieux, amusé avant de trempé ses lèvres dans son verre de bière. Il commençait à s’adapter à l’ambiance et autant dire que changer sa routine habituelle était agréable, certainement la raison pour laquelle, il tentait de se lâcher, de décompresser et de s’amuser. Personne ne l’obligeait à faire quoi que ce soit ici.

Lorsque son voisin lui proposa gentiment une cigarette, sa réponse fut automatique, refusant directement tandis qu’il agita vivement sa main devant son visage. Il ne fumait pas et il ne le supportait pas non plus, bien qu’il n’en avait rien dit. Sa réaction parlerait sûrement pour lui puisque à peine eut-il senti l’odeur frôler ses narines, que le jeune homme toussota légèrement. Le pourquoi, il se pressa aussitôt de boire quelques gorgées de sa boisson avant de manquer de s’étouffer à la réflexion de l’autre garçon. « Pardon ? » Ses paupières papillonnèrent sous la stupéfaction alors qu’il se demandait quel genre de blague c’était censée être. Cet homme avait-il l’intention de lui voler son rein ? Si c’était une technique de drague, elle était bien étrange. Kurose était un véritable mystère à lui tout seul… Sa main devant ses lèvres, Keisuke ne put s’empêcher de tousser quelque peu de plus bel à cause de la fumée mais fit comprendre d’un geste maladroit, que ce n’était pas grave. Il n’aimait juste pas ça. Et son corps non plus, bien que ça, personne n’avait besoin de le savoir. « Est-ce que c’est un compliment ? » Non parce que selon lui, c’était un peu effrayant tout de même. « On ne t’a jamais dit que tes techniques d’approches étaient un peu bizarre ? » Et pas qu’un peu d’ailleurs… Une esquisse amusée étira ses lèvres avant qu’il ne reporte son attention sur sa bière. Evidemment que la situation n’était pas rassurante toutefois, ce sentiment d’adrénaline lui plaisait. Si son frère savait, il le tuerait de ne pas avoir été assez responsable, de s’être mis en danger alors qu’il savait qu’avec sa maladie, il ne pouvait pas faire tout ce qu’il souhaitait mais pouvait-on vraiment lui reprocher de vouloir juste vivre ?


soul eater + Keisuke
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» soul flyers
» [Vendu] Cadre Cotic Soul ou vélo complet
» a vendre, aile de kitesurf takoon soul 11m de 2011 comme neuve 600euros
» "Northern Soul" the movie
» Tresse YGK G soul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The wrong side of heaven  :: Tokyo City :: Ikebukuro-